Categories
Français Marchés

Stagflation (2ème trimestre 2022)

L’environnement est devenu défavorable pour pratiquement tous les investissements, mais les investisseurs devraient être réticents à apporter des changements importants à leur portefeuille sur la base d’une recherche d’alpha incertaine.

Le spectre de la stagflation

Peu de scénarios sont aussi pernicieux que la stagflation pour les investisseurs privés. Cette combinaison toxique de stagnation économique avec le risque d’un chômage élevé et d’inflation réduit le niveau de vie de nombreux citoyens et les rendements réels des investisseurs.

La plupart des oracles des marchés soutenaient encore, avant le déclenchement de la guerre en Ukraine, que la croissance économique restait intacte.  Mais la forte hausse des prix des matières premières qui a suivi le conflit a bouleversé cette situation et les prévisions pour la croissance mondiale sont revues à la baisse et l’inflation à la hausse.

L’inflation a déjà dépassé les limites fixées par de nombreuses banques centrales qui ont très peu de marge de manœuvre. Ray Dalio, a notamment déclaré à l’Australian Financial Review que les banques centrales du monde entier devront probablement recommencer à baisser les taux d’intérêt afin de reconstruire leurs économies après une période de stagflation dévastatrice. La baisse de nombreux actifs financiers pourrait même obliger les banques centrales à assouplir à nouveau leur politique (aux États-Unis, probablement autour des prochaines élections présidentielles en 2024).

Contrairement à la dernière décennie avec le boom des actions (qui ne pouvait pas durer éternellement) et les obligations comme stabilisateur, les années qui viennent pourraient être plus difficile. Pour l’investisseur, il est devenu très compliqué de savoir où investir dans un environnement qui est devenu peu propice à pratiquement tous les investissements. Une revue historique et l’avis d’investisseurs de renom pourrait nous aider à y voir plus clair.

La stagflation des années 1970 et aujourd’hui selon la Banque mondiale

La stagflation est généralement associée aux années 1970, lorsque deux chocs pétroliers distincts (embargo de l’OPEP en 1973 et une chute de la production liée à la révolution iranienne en 1979) ont entraîné une forte hausse des prix et ont miné la consommation. Ainsi, il existe aujourd’hui de nombreux points communs avec la crise pétrolière des années 1970, mais aussi quelques différences fondamentales.

Alors que les analyses de la Banque mondiale sont habituellement peu alarmistes, ses dernières perspectives sur l’évolution de la conjoncture parlent déjà de stagflation mondiale, du plus fort ralentissement de la croissance depuis quatre-vingts ans et de l’absence d’espoir d’amélioration dans un avenir prévisible. La Banque mondiale reconnaît trois parallèles entre aujourd’hui et les années 1970 :

  • Des chocs d’offre après une longue période de politique monétaire très expansive. Ces pénuries concernaient alors, comme aujourd’hui, en premier lieu les biens énergétiques et les denrées alimentaires.
  • Le deuxième parallèle est la perspective d’une croissance durablement faible.
  • Le troisième point commun, selon la Banque mondiale, est la grande vulnérabilité des pays émergents et en développement en raison d’un endettement élevé et d’une situation financière tendue.

La Banque mondiale cite également certaines différences entre les années 1970 et aujourd’hui.

  • Premièrement, les fluctuations actuelles des prix de l’énergie et des denrées alimentaires sont plus faibles que celles d’il y a un demi-siècle, lorsque le prix du pétrole avait quadruplé rien qu’entre 1973 et 1974.  Aujourd’hui, le prix du pétrole n’est “que” deux fois plus élevé qu’au début de 2021.
  • Deuxièmement, les mandats des banques centrales sont aujourd’hui davantage axés sur l’objectif de stabilité des prix qu’à l’époque,
  • Finalement, la plupart des pays industrialisés peuvent réagir de manière plus flexible aux crises ;

Ainsi, bien que la situation soit à prendre très au sérieux, de nombreux commentateurs ne voient pas une situation de la gravité des années 1970 se répéter, mais des rendements raisonnables pourraient être difficile à obtenir. Ainsi, on espère qu’une récession puisse être évitée et que l’inflation sera contenue en considérant les conditions économiques actuelles (inflation et chômage en particulier) comme plus bénignes que pendant les années de stagflation dans les années 1970. 

Le moment est donc venu de réexaminer l’allocation stratégique de ses actifs, mais sans effectuer des changements majeurs et hatifs. Pour le hedge fund Bridgewater, il faut porter son attention sur la manière de diversifier un portefeuille dans un monde où l’inflation est le moteur dominant et où la stagflation est une issue tout à fait plausible.  

Les conseils de Ray Dalio et de Warren Buffett en périodes de stagflation

L’investisseur “Global Macro” Ray Dalio pense que nous allons très probablement connaître une période de stagflation et que nous devrons construire un portefeuille équilibré pour ce type d’environnement. Les investisseurs sont aujourd’hui confrontés à des circonstances radicalement différentes par rapport à l’environnement favorable de la dernière décennie pour le bêta en général et les actions en particulier.   Dans le même temps, pour la plupart des investisseurs, ne pas détenir d’actifs risqués n’est pas une option. Ray Dalio a ainsi déclaré à l’Australian Financial Review qu’il évitait le cash, les titres à revenu fixe et investissait dans des actifs protégés contre l’inflation, comme les actions de centrales de production d’énergie et les matières premières.

S’exprimant lors de l’assemblée annuelle des actionnaires de Berkshire Hathaway en 2022, Buffett a quant à lui réitéré son conseil de longue date qui est toujours valide dans des temps difficiles: Il a indiqué que contrairement à l’argent, les compétences sont à l’abri de l’inflation.  Pour lui le meilleur investissement est le développement de soi-même. Au niveau des actifs financiers,  Buffett poursuit la même approche depuis des décennies et favorise toujours les entreprises solides qui fabriquent des produits qui sont demandés indépendamment de la performance du dollar.

Les actions pour l’investisseur privé en période de stagflation

La première recommandation pour les investisseurs est de ne pas paniquer et de vendre hâtivement ses positions. Pour créer la sensation et de l’intérêt, les médias se complaisent souvent dans des prédictions de catastrophes imminentes qui ne se réalisent pas. De plus, les bilans des consommateurs sont solides, à la suite de l’épargne accumulée pendant les blocages de la pandémie. Les bénéfices des entreprises sont également importants et ont déjà dépassé les niveaux d’avant la crise. Ainsi, et même en cas de stagflation, il n’existe pas de véritable alternative à l’actif tangible par excellence : l’action. Il en existe différents types qui obéissent généralement à des règles différentes:

  • Actions cycliques ou défensives:  les investisseurs devraient veiller à se protéger contre la stagflation en misant, comme en période d’inflation, sur les actions défensives d’entreprises qui ont un fort pouvoir sur les prix. Celles-ci peuvent répercuter des prix plus élevés sur leur clientèle et s’adapter ainsi à la nouvelle situation. La prudence est par contre de mise pour les actions cycliques. En cas de stagflation, les consommateurs réfléchissent à deux fois avant d’acheter un produit qui n’est pas forcément nécessaire à la satisfaction des besoins de base. 
  • Investissements sectoriels: Les actions growth, industrielles et technologiques, notamment liées à l’automatisation, la robotique ou la mobilité intelligent étaient très chères en début d’année et sont revenues à des niveaux plus acceptables. Pour ceux qui investissent dans secteurs spécifiques (ce qui n’est pas la philosophie de ce site à part pour une différention géographiques de marchés et de devises – voir ci-dessous), il est possible d’ajouter des couvertures dans les secteurs, généralement défensifs, tels que la santé mondiale, l’énergie et les produits de base qui constituent une couverture efficace contre la menace d’une guerre plus prolongée en Ukraine ou d’une chute soudaine des approvisionnements en énergie de la Russie.
  • Diversification géographique: Pour les investisseurs stratégiquement sous-exposés aux actions chinoises ou émergentes, il pourrait s’agir d’un bon moment pour se diversifier dans un marché qui est survendu et se trouve à un prix acceptable. D’autres géographies et monnaies sont également devenues plus abordables, mais de telles décisions dépendent votre situation individuelle et de votre portefeuille actuel.

L’approche passive reste valable dans les environnements difficiles

Les investisseurs peuvent agir, même d’une manière limitée, face au risque de stagflation en s’exposant davantage aux actifs qui pourraient offrir une protection dans cet environnement, sans entrer dans une frénésie d’achat et de vente.

Lorsque l’on regarde ce qui s’est passé dans les économies et sur les marchés depuis le début de l’année, les primes de risque et les taux d’actualisation ont augmenté, ce qui a nui à tous les actifs. Selon le fonds spéculatif Bridgewater, c’est le risque inhérent au bêta (le risqué de marché), et il n’y a aucun moyen de le diversifier. L’alpha (qui résulte de paris différents d’un marché) peut être extrêmement précieux, mais il est difficile à générer et à exploiter à grande échelle, car il nécessite une vision unique qui n’est pas déjà prise en compte dans les marchés. Cela explique pourquoi environ 90 % du risque d’un portefeuille institutionnel typique provient de l’allocation stratégique d’actifs et non de mouvements (actifs) particuliers.  En outre, les opinions sur l’alpha sont souvent erronées.

Ainsi, Bridgewater Research conclut dans son mémo du 31 mai 2022 qu’il hésiterait à opérer des changements importants dans le portefeuille sur la base d’une recherche incertaine d’alpha. Si l’un des fonds spéculatifs macro mondiaux les plus renommés et sophistiqués adoptent cette prudence et retenue, d’investisseur privé devrait également s’en inspire et considerer une approche passive (voir également notre modèle d’investissement).

En pratique, si les scénarios catastrophe ne se réalisent pas, la volatilité récente offre un point d’entrée attractif pour investir progressivement et avec mesure sur les marchés mondiaux en actions. Faute d’alternative pour l’investisseur privé, il s’agirait également d’une stratégie appropriée, par défaut, en cas de stagflation.

Sources:
Building a Beta Portfolio in an Environment That Looks Difficult for Assets, 31.5.2022, www.bridgewater.com
Die Weltbank warnt vor einer globalen Stagflation, 8.6.2022, Neue Zürcher Zeitung
Great pain’ will force central banks to cut rates, 8.6.2022, www.afr.com
Stagflationsangst: US-Anleger horten Bargeld-Bestände wie lange nicht mehr, 18.5.2022, www.cash.ch,
'We're going to have a period of stagflation', 4.4.2022, www.yahoo.com